D’Hippocrate… à l’OMS

La naturopathie (de l’anglais nature’s path : voie de la nature) tire principalement ses origines de l’œuvre d’Hippocrate (460-370 av J-C), et est actuellement répertoriée comme « médecine non conventionnelle » ou « complémentaire » par le Parlement Européen (résolution du 29 Mai 1997), et comme « Médecine Traditionnelle » par l’OMS…

A propos d’Hippocrate :

Considéré comme « père » de la médecine moderne et « père » de la naturopathie… un concept lui était cher : celui du « médecin intérieur » c’est-à-dire le principe de vitalité ou de la force auto-guérisseuse de l’être.

Il nous a laissé le fameux Serment d’Hippocrate qui est un ensemble de règles éthiques, incluant un passage sur la nutrition : « Je prescrirai aux malades le régime alimentaire qui leur convient, avec autant de discernement et de savoir que je pourrai… », lequel paragraphe a disparu du serment moderne ! « Que ta nourriture soit ta médecine, et ta médecine ta nourriture », résumait-il.

Enfin… écologiste avant l’heure, Hippocrate a écrit le « Traité des airs, des eaux et des lieux », observant que santé et environnement étaient indissociablement liés.

A propos de l’OMS :

L’Organisation Mondiale de la Santé

  • a classé la Naturopathie comme 3ème médecine traditionnelle (et préventive) du monde,
  • a défini la Santé non pas comme une simple “absence de maladies”, mais comme une sensation de bien-être, à la fois physique et psychique (émotionnelle et mentale).

 

La Naturopathie est donc en Occident ce que la MTC (Médecine Traditionnelle Chinoise) est en Asie, et l’Ayurveda (ou Médecine Traditionnelle Ayurvédique) est en Inde.


Primum non nocere (D’abord, ne pas nuire) – Hippocrate