Auprès de qui apprendre la symptothermie de qualité ?

Vous désirez apprendre la symptothermie ? Alors optez pour être initiées puis enseignées par des monitrices/conseillères chevronnées !

Le parcours de ces conseillères/monitrices est COMPLET, et il a pu être certifié par une école de référence d’approche scientifique comme, en Europe : Sensiplan® (avec les Indices Combinés), le CLER (avec les MAO/méthodes d’auto-observation) et encore la FST (Fondation SymptoTherm, grande promotrice de la symptothermie moderne avec son didacticiel « sympto »).
A charge de ces écoles de maintenir un niveau d’exigence et un label de confiance en la symptothermie… tant pour les apprenantes que pour les formatrices, et au regard du tout public qu’il soit ou non professionnel (car, oui, certains professionnels de santé nous soutiennent aussi) !

NB : tel est donc le parcours des formatrices chez Eden Fertilité (où je suis d’ailleurs susceptible d’intervenir, comme dans toute autre école, en tant que Naturopathe éclairée sur le sujet, puisqu’ancienne conseillère cadre en symptothermie moderne FST). Et pour cause, puisque le programme de formation proposé par cet institut, avait initialement été créé pour la Fondation SymptoTherm et validé, avant que chacun ne prenne son autonomie.

Le niveau de formatrice est donc atteint après certification, puis complété avec le temps et l’expérience-terrain de différents profils de femmes et de modes d’utilisation, et surtout via un travail collectif régulier de montée en compétences, d’échanges et d’actualisations aussi suivies que sérieuses, réunions mensuelles, formations continues, etc…
Parfois, même, le parcours de ces conseillères/monitrices se greffe sur des formations conventionnelles (sage-femme, kiné, etc) ou non-conventionnelles (ostéopathe, naturopathe, etc) : il n’en demeure pas moins que, même s’il y a une connaissance profonde de l’anatomie et de la physiologie féminine, il faut encore rajouter une formation complète et actualisée… car la symptothermie est un univers à part entière !

Les « méthodes naturelles » ont le vent en poupe ?
Certes ! elles sont portées par un phénomène de mode et par un ras-le-bol grandissant vis-à-vis des hormones de synthèse avec leurs effets secondaires… cependant crédibilité et fiabilité sont liées concernant la symptothermie : vous devez donc apprendre à discerner ce qui vous est mis à disposition. Si certains gynécologues discréditent ces méthodes et que des laboratoires les dénigrent voire écrasent allègrement, c’est aussi parce-ce qu’il y a cette réelle faille : le manque de discernement, auquel se rajoute l’engouement sans maitrise… ou un mésusage de la méthode par défaut d’être correctement enseignée et a fortiori appliquée.
Ce discernement vous appartient et vous demande un équilibre entre confiance, patience et vigilance : l’association Ecologie du cycle féminin peut vous aider dans ce cheminement !

NB : l’association est donc en faveur, entre autres, de la professionnalisation et de l’enrichissement en compétences des conseillères certifiées par une école de référence… pour votre sécurité, comme pour préserver la qualité des méthodes symptothermiques. L’enjeu est aussi d’offrir aux femmes une alternative fiable, et de les rassurer au delà de la désinformation ou des amalgames entretenus par certains médias ou par certains membres du corps médical.

Attention, donc, je tiens à revenir sur ces nuances fondamentales :
→   de même que toutes les applications que vous trouvez sur le marché ne se valent pas (exit toutes les appli calendrier qui ne sont ni sympto ni thermiques, aussi esthétiques soient-elles. Voir aussi les déboires de « Natural Cycles » décriés début 2018 dont certains médias se servent pour créer des amalgames et « prouver » que seuls les DIU et pilules sont fiables, etc)…
→   de même, être symptothermicienne (utilisatrice de la symptothermie) ne suffit pas pour accompagner d’autres femmes !

Autrement-dit, avoir été initiée (un niveau 1 de formation) ou avoir commencé à approfondir pour soi-même (niveau 2) ne constitue pas encore un cursus. Si cela permet de se rassurer soi-même, puis de sensibiliser d’autres femmes de façon éclairée, Oui c’est un excellent début ! Mais cela demeure fébrile voire dangereux pour commencer à accompagner et prendre une telle responsabilité envers ses sœurs : bref, être « experte pour soi-même » ne désigne donc pas « experte à encadrer autrui », en terme de maîtrise symptothermique.
Et ce, même si l’on est une femme enthousiaste, pragmatique, intelligente et engagée à fond dans les méthodes naturelles, contribuant à les faire connaître pour y croire sincèrement, pratiquant pour soi-même avec satisfaction depuis quelques années (c’est déjà là un merveilleux témoignage), écrivant des articles voire son propre manuel d’utilisation en soutien à ces méthodes, ou même un livre qui les défend honorablement, etc…

Informer est précieux autant que nécessaire.
Informer, pour autant, n’est pas Former.

Vous qui souhaitez apprendre et prendre votre autonomie en terme de gestion de fertilité, pour une qualité de transmission sans euphories ni précipitations, pour votre sécurité contraceptive et une compréhension affinée : prenez le temps, prenez SOIN DE VOUS, soyez sages et exigeantes en demandant les références de vos formatrices avant de vous lancer (souvent elles ont un site – professionnel – dans lequel elles vous expliquent leur parcours/cursus… Alors farfouillez, prenez contact, demandez !).

Maintenant, si vous êtes une aventurière d’âme autodidacte… le minimum pour apprendre reste de se mettre en lien avec un de femmes éclairées (sous votre responsabilité et non la leur), auquel cas je me permets de recommander une tente rouge virtuelle nommée « symptothermie moderne libre – entraide et soutien » (qui est libre de toute école/institut, et rassemble un groupe de femmes avec des méthodologies de références différentes, qui peuvent se croiser et se compléter : une liste de professionnelles y sera à votre disposition).

Bien à vous,
Sidonie B.

Les commentaires sont fermés.